Great War Commander

Here I Stand 500th Anniversary - 2nd printing

Here I Stand 500th Anniversary - 2nd printing
Cliquez sur l'image pour zoomer

Prix : 85.00 €

Quantité : 

Port offert pour la France

Editeur : GMT Games

Référence : GMT0512-24

Format : boite

Periode : Renaissance & Sengoku-Jidai

Langue:

En stock


Plus d'infos

Here I Stand: Wars of the Reformation 1517-1555 est le premier jeu depuis plus de 25 ans à couvrir les conflits politiques et religieux de l'Europe du début du XVIe siècle. Peu de gens savent que les plus grands exploits de Martin Luther, Jean Calvin, Ignace de Loyola, Henri VIII, Charles Quint, François Ier, Soliman le Magnifique, Ferdinand Magellan, Hernando Cortes et Nicolas Copernic se situent tous dans cette étroite période de 40 ans de l'histoire. Ce jeu couvre toute l'action de la période en utilisant un système de jeu unique basé sur des cartes qui modélise à la fois les conflits politiques et religieux de la période sur une même carte point à point.

Le jeu compte six puissances principales, chacune ayant un chemin unique vers la victoire.

Le joueur ottoman doit mettre l'Europe chrétienne à genoux, soit par une victoire militaire en Europe centrale, soit par des conquêtes navales et la piraterie en Méditerranée. Leurs corsaires, basés initialement le long de la côte barbaresque de l'Afrique, sont les seules unités qui peuvent voler des ressources (cartes, flottes ou points de victoire) aux autres joueurs par le biais de la piraterie.

Les Habsbourg commencent la partie en position dominante, Charles Quint héritant des terres de Castille, d'Aragon, de Bourgogne, des Pays-Bas et d'Autriche. En tant qu'empereur du Saint-Empire romain germanique nouvellement élu, Charles est également chargé de la défense de l'Allemagne. Cependant, les Habsbourg sont dispersés et menacés de toutes parts : ils doivent défendre l'Europe contre les Ottomans, protéger l'Italie contre les intérêts des Français et purifier l'Allemagne de l'hérésie luthérienne qui se développe rapidement. Ce n'est que par la finesse diplomatique et l'établissement d'un empire au Nouveau Monde qu'ils pourront maintenir leur position ascendante.

Le joueur anglais, qui incarne Henri VIII, a pour mission d'assurer la pérennité de sa dynastie et de rehausser la stature de l'Angleterre dans la politique européenne. Les Anglais commencent la partie avec le moins de cartes de toutes les puissances, mais ils peuvent augmenter ce nombre en conquérant l'Écosse ou en colonisant le Nouveau Monde. Ils jouent souvent le rôle de pivot dans la lutte entre les Habsbourg et les Français. Le joueur anglais doit équilibrer ces intérêts avec le besoin d'Henry de passer du temps à s'assurer un héritier mâle (obtenu par des jets sur le tableau de grossesse des épouses d'Henry). En fin de compte, Henry est la clé, car il est le seul chef militaire dynamique que les Anglais possèdent, mais il ne peut pas épouser une nouvelle femme s'il est capturé ou assiégé.

Le troisième participant à la course au Nouveau Monde est la dynastie française des Valois, dirigée par François Ier. Comme les Anglais et les Habsbourg, la France gagne des points de victoire et des cartes supplémentaires grâce à la conquête, à la colonisation et à l'exploration du Nouveau Monde. François est également un grand mécène, s'intéressant de près à l'art et à l'architecture de l'Italie tout en commençant la longue succession de châteaux français. Les stratégies françaises dans Here I Stand varient considérablement, car la victoire peut venir de n'importe quelle combinaison de points provenant des exploits dans le Nouveau Monde, de la construction de châteaux et de la conquête de cités-États européennes.

Les deux dernières puissances, la papauté et les protestants, se livrent à une lutte religieuse qui se déroule en même temps que le reste de l'action. Le premier mouvement du jeu voit Martin Luther afficher ses 95 thèses sur l'église de Wittenburg, ce qui a pour effet de faire passer le contrôle religieux de plusieurs espaces voisins au joueur protestant. Les conflits religieux utilisent un système de proximité pour modéliser la probabilité d'une conversion religieuse. Si des espaces protestants, des réformateurs et des armées sont adjacents à une ville, la probabilité que les habitants de cette ville adoptent la nouvelle foi augmente. Les espaces catholiques, les armées et les universités jésuites permettent à la papauté d'arrêter la propagation de l'« hérésie » et de contrer les espaces réformateurs qui reviennent à la foi catholique. Le système de conflit religieux inclut des facteurs tels que la publication de traductions bibliques dans une seule langue à la fois, les avantages de l'imprimerie et les événements marquants de l'histoire de la Réforme tels que la Diète de Worms et le Concile de Trente. Si l'une des parties se trouve empêchée d'avancer, elle peut faire monter les enchères et organiser un débat théologique. Les principaux réformateurs protestants y rencontrent les légats du pape dans une bataille de mots, et le vainqueur (mesuré par le nombre de « succès » du débat) gagne de nouveaux convertis. Si la victoire est inégale, le perdant subit l'opprobre ou la mort sur le bûcher. La progression vers la victoire de ces deux puissances est mesurée par le nombre de régions sous contrôle religieux et le nombre de débatteurs ennemis brûlés ou déshonorés.

Here I Stand est le premier jeu de cartes à faire la part belle aux négociations secrètes.

Véritable lutte diplomatique à six faces, le jeu met l'accent sur la construction d'alliances réussies par le biais de négociations qui se déroulent en dehors de la table pendant la phase de diplomatie qui précède le tour. Le jeu se déroulant à l'époque où Niccolo Machiavelli a publié son chef-d'œuvre « Le Prince », les coups de poignard dans le dos sont toujours possibles, d'autant plus que le jeu de cartes est truffé de cartes d'événements et de cartes de réponses qui peuvent être jouées par n'importe quelle puissance pour perturber les plans des puissances qui mènent le jeu.

La lignée de Here I Stand est issue à la fois de A Mighty Fortress de SPI (publié en 1977) et de The Napoleonic Wars de GMT (2002). Reprenant le thème de A Mighty Fortress, le jeu améliore son prédécesseur avec un système approfondi pour gérer les conversions religieuses, l'ajout de l'exploration du Nouveau Monde et de la piraterie en Méditerranée, et l'inclusion explicite de puissances mineures qui peuvent être forcées à participer au conflit par le biais du jeu de cartes. L'utilisation des villes importantes pour déterminer la puissance économique et les éléments des systèmes de combat terrestre, d'évitement des combats et d'interception sont empruntés à The Napoleonic Wars. De nombreux mécanismes de jeu empruntés à The Napoleonic Wars ont été simplifiés pour garantir un jeu rapide malgré le large éventail de facteurs pris en compte dans cette conception. À partir de cette base, le jeu ajoute des mécanismes propres au XVIe siècle, notamment l'utilisation intensive de mercenaires à court terme (et peu fiables !), l'hivernage explicite des armées et la nature aléatoire des opérations de siège, en particulier contre des cibles qui peuvent être ravitaillées par voie maritime.

Here I Stand est un système de jeu innovant, le premier à intégrer la religion, la politique, l'économie et la diplomatie dans un système de cartes. La durée des parties varie de 3 à 4 heures pour un scénario de tournoi à une campagne complète qui dure environ deux fois plus longtemps. Les règles pour jouer à 3, 4 ou 5 joueurs sont également incluses. 

Le jeu à 3 joueurs est tout aussi bien équilibré que la configuration standard à 6 joueurs, tirant parti des alliances naturelles de l'époque.

Contenu

  • Quatre planches et demie de pions en couleur
  • 116 cartes Stratégie
  • Un plateau de jeu monté 56 x 86 cm
  • Aides de jeu
  • Livret de règles/scénarios
  • Un dé à dix faces