Great War Commander

Bonaparte Overruns Piedmont

Bonaparte Overruns Piedmont
Cliquez sur l'image pour zoomer

Prix : 99.00 €

Quantité : 

Port offert pour la France

Editeur : OSG

Référence : OSG-BOP

Format : boite

Periode : Guerres napoléoniennes

Langue:

En stock


Plus d'infos

Avec son ordre de commission fraîchement reçu de Paris, Bonaparte établit son QG à Nice et prend le commandement d'une force de première ligne de 35 168 hommes de l'armée d'Italie, leur ordonnant de traverser les montagnes et de se diriger vers un combat à Montenotte. Après que les 26 697 hommes de l'armée d'Italie de Beaulieu ont échappé au danger et sprinté vers Acqui, l'armée piémontaise devient la prochaine cible de Bonaparte.

Montenotte

Attaque à l'ouest, 12 avril 1796

Le 10 avril, l'aile gauche de l'armée autrichienne, sous les ordres de Beaulieu, attaque le poste avancé de Cervoni à Voltri. Beaulieu est isolé de son aile droite sous Argenteau.

Le 12 avril à l'aube, les canons français commencent à tirer depuis le Monte Negino sur les Autrichiens qui avancent. Argenteau déploie les bataillons Stein et Pellegrini pour tenir le centre et affecte deux autres bataillons à la défense du flanc gauche sur le Monte Pra. Il prend ensuite le bataillon Alvinczi pour secourir le 3e bataillon Terzi sur sa droite.

Laharpe tombe sur les Autrichiens qui défendent solidement le Monte Pra, mais l'assaut de Masséna progresse si rapidement qu'Argenteau ordonne une retraite, au cours de laquelle le 3e bataillon Terzi est presque détruit. Le bataillon Alvinczi assure l'arrière-garde, perdant sa couleur et de nombreux soldats. Les hommes d'Argenteau parviennent à peine à dégager Montenotte Inferiore avant l'arrivée de Masséna et de Laharpe. À 9h30, la bataille est terminée. Les Autrichiens, qui étaient entrés en action avec 9 000 hommes, ont perdu 2 500 tués, blessés et capturés, ainsi que 12 canons. La plupart des victimes d'Argenteau sont des prisonniers ; les Français perdent 880 hommes sur les 10 000 disponibles.

Dego

Les forces de la coalition sont divisées, 14-15 avril 1796

Augereau est envoyé pour attaquer la position piémontaise et rejoindre Sérurier qui avance depuis Ormea. Masséna et Laharpe sont chargés de remonter la vallée de la Bormida pour attaquer la garnison de 4 000 hommes de Dego, solidement postée sur la rive est de la Bormida. Masséna fixe la garnison par une attaque frontale tout en étendant sa droite sur les hauteurs à l'est. Au même moment, La Harpe descend la rive ouest et passe en dessous de Dego. Les Autrichiens livrent une belle bataille, mais sont finalement chassés après avoir subi 350 pertes et fait au moins 1 500 prisonniers. Les Français victorieux se dispersent alors à la recherche de nourriture.

Le 15 avril à l'aube, les 3 500 nouveaux Autrichiens de Vukassovich attaquent Dego et les Français désorganisés sont complètement mis en déroute. À 16 heures, les Français contre-attaquent et sont repoussés à trois reprises. Menard contourne la gauche autrichienne et un quatrième assaut pénètre dans la ville.

Le 16 avril, Augereau attaque la position naturellement forte du col de Pedaggera. Après avoir stoppé cet assaut, les flancs de Colli sont toujours menacés par les colonnes françaises qui manœuvrent pour le contourner. Il profita d'une courte accalmie pour se replier sur la rivière Corsaglia, découvrant ainsi la forteresse de Ceva.

San Michele

La ligne Corsaglia, 19 avril 1796

La Corsaglia est en pleine crue et infranchissable. L'artillerie piémontaise ouvre un feu bien dirigé. L'attaque d'Augereau est annulée. Les deux colonnes de Sérurier sont également arrêtées sur la rive droite, exposées aux canons. Sérurier envisage d'abandonner l'opération lorsque ses hommes aperçoivent des soldats ennemis qui traversent la rivière sur une passerelle. Les Français traversent immédiatement derrière eux, s'engouffrent dans San Michele et débordent une batterie. Les grenadiers de Dichat tiennent bon à l'intérieur du village, mais ailleurs les hommes commencent à fondre. Encerclés de tous côtés, confrontés à des combats désespérés de maison en maison à un rapport de 1:6, les 600 hommes de Dichat s'étaient rendus à 13 h 30.

Les Français affamés s'arrêtent pour piller le village et, dans la confusion, les 73 grenadiers suisses du capitaine Schreiber se jettent audacieusement dans la mêlée. Ils s'emparent d'un fusil et le retournent contre ses propriétaires, puis rejoignent les grenadiers de Dichat et les réarment avec leurs mousquets empilés à proximité. Colli se présente et monte une contre-attaque avec les grenadiers et un bataillon du régiment de Savoie. La vue des baïonnettes des grenadiers est trop forte pour la division Sérurier, qui se précipite sur le pont. Hormis la petite tête de pont sur la rive ouest, la division Sérurier est entièrement repoussée. Les Français perdent 600 ou 700 morts et blessés, et 100 prisonniers. Les Sardes perdent 150 morts et 200 blessés.

Mondovi

Dernier combat du Piémont, 21 avril 1796

Bonaparte fait avancer la division Masséna tandis qu'au nord-est, Beaulieu hésite encore à faire un effort pour aider son allié. Dans la nuit du 20 avril, Colli retire son armée de la position de Corsaglia pour se replier derrière l'Ellero à Mondovì. Le lendemain matin, l'avance de Sérurier frappe l'arrière-garde piémontaise sur les hauteurs du Buon Gesù et la repousse sur la ville de Vicoforte. Sérurier mène une charge suivie par la division de Masséna.

Le moment choisi pour cette attaque empêche Colli de se déployer correctement. Quelques-unes de ses unités paniquent et s'enfuient, laissant des brèches dans la ligne. Les brigades de Fiorella et de Guieu, soutenues par Masséna, s'emparent de Vicoforte. Les Piémontais de La Bicocca tiennent bon jusqu'à ce que Dichat soit tué, puis se joignent à la retraite désordonnée. Bonaparte perd 600 tués et blessés sur 17 500. Les Piémontais perdent 1800 hommes, 4 généraux, 11 étendards et 8 canons à Mondovi sur 13 000.

Chaque jeu comprend :

  • Boîte de jeu
  • 2 cartes de 34 x 22 pouces
  • 1 carte de 17 x 22 pouces
  • 1 planche de pions (280 pions découpés)
  • 2 livrets (règles du système et dossier d'étude)
  • 16 cartes d'aide de jeu
  • 5 cartes de ressources (dossier d'ajout des cartes, dossier des tables de combat, feuille de feuille d'ordre/séquence de jeu, feuille de travail de victoire, cartes retirées de la pioche/paramètres de scénario).

NON COMPRIS : Jeux de cartes optionnels
Ce jeu utilise les deux jeux de cartes universels de TLNB (Français et Coalition). Si vous ne les avez pas dans Napoleon's Wheel ou dans un autre jeu OSG, ils peuvent être commandés séparément.

Bonaparte Overruns Piedmont

Chaque jeu comprend trois cartes de haute qualité (illustrées ci-dessous) : une carte de 17 "x22" et deux cartes de 22 "x34".
Chaque jeu comprend également une planche de pions.
Operational Studies Group (OSG) est un leader dans la conception et la production de wargames napoléoniens. Nos cartes ont fait l'objet de recherches approfondies, sont historiquement exactes et sont imprimées en couleur sur du papier cartonné épais.