The Fate of Reiters

Against the Odds 56: Hitler's Stalingrad: Breslau 1945

Against the Odds 56: Hitler's Stalingrad: Breslau 1945
Cliquez sur l'image pour zoomer

Prix : 39.90 €

Quantité : 

Editeur : Against the Odds

Référence : ATO56

Format : boite

Periode : Seconde guerre mondiale

Langue:

En stock


Plus d'infos

Après avoir été coupée et isolée à la mi-février 1945, la garnison allemande de Breslau, forte de quelque 50 000 hommes, a défié tous les pronostics en tenant la ville pendant près d'une semaine APRÈS la chute de Berlin ! Hitler avait ordonné que la ville soit tenue à tout prix, croyant que les forces soviétiques qui y étaient attachées ne participaient pas à l'assaut de Berlin. La garnison qui défendait la ville s'est finalement rendue quelques jours seulement avant la fin officielle de la guerre (le Gauleiter en charge a fui la ville par les airs pour échapper à la capture).

La prise de la ville revient à la Sixième armée soviétique, composée de huit divisions regroupant 80 000 hommes, plus quatre régiments de chars et deux divisions d'artillerie. Une armée de l'air entière, la deuxième, a également été désignée pour fournir une grande puissance de destruction depuis le ciel. La tâche à laquelle sont confrontés les Soviétiques est redoutable : une guerre urbaine et un défenseur très déterminé. Le terrain est également crucial : le fleuve Oder qui traverse la ville la découpe en plusieurs parties. La prise d'un secteur majeur de la ville ne pouvait signifier rien de plus que l'occupation d'une "île" en fin de compte.

Bien que Breslau n'ait pas eu d'importance pour l'issue de la guerre, la bataille pour la ville n'a pas été sans incident ni drame. À la fin de la guerre, les Allemands ont perdu 6 000 tués et blessés. Les Soviétiques en ont perdu au moins 12 000. Ces chiffres ne tiennent pas compte du nombre de blessés, dont les estimations varient entre 20 000 et 40 000. Les Soviétiques ont également perdu jusqu'à 170 AFV en essayant de s'emparer de la ville.

Hitler's Stalingrad: Breslau 1945, du concepteur Perry Moore, jette un regard sévère sur ce siège défiant. Avec plus de 300 pions et une carte de 22" x 34" à l'échelle d'environ 650 mètres par hexagone, un tour de jeu représente une semaine. Le jeu capture la saveur des grands assauts planifiés qui dégénèrent rapidement en combats de rue, les joueurs menant alternativement les opérations pendant le tour. Des réserves habilement positionnées et des contre-attaques tranchantes peuvent contrer des poussées massives, mais au prix d'un taux de pertes peut-être trop élevé.

Des règles spéciales modélisent les décombres et les barricades ; les bâtiments de la ville à plusieurs niveaux ; la surprise et l'embuscade pendant le combat ; les directives de commandement soviétiques ; le train blindé "Porsel" ; les Goliaths contrôlés à distance ; et l'utilisation possible de gaz neurotoxique (Breslau était le principal dépôt des stocks restants de petits AFV allemands ainsi que de l'agent neurotoxique mortel Tabun).

Hitler's Stalingrad: Breslau 1945 and issue #56 of ATO

  • Cartes : une carte hexagonale en couleur de 22 x 34 pouces.
  • Pions - 324 pions 9/16" en couleur prédécoupés.
  • Longueur des règles - 15 pages
  • Graphiques et tableaux - 1 page
  • Complexité - Moyenne
  • Temps de jeu - Jusqu'à 4 heures
  • Quel est le niveau de difficulté de ce solitaire ? - Moyenne

Conception - Perry Moore
Développement - Russ Lockwood
Conception graphique - Mark Mahaffey