The Fate of Reiters

Bonaparte in the Quadrilateral

Bonaparte in the Quadrilateral
Cliquez sur l'image pour zoomer

Prix : 105.00 €

Quantité : 

Port offert pour la France

Editeur : OSG

Référence : OSG-Quadrilateral

Format : boite

Periode : Guerres Napoléoniennes

Langue:

Rupture de stock temporaire


Plus d'infos

5 Batailles simulées

Lodi

La force du destin, 10 mai 1796.

Plutôt que d'attaquer les Autrichiens de front, Bonaparte les déborde et descend le Pô avec ses grenadiers. L'armée de Beaulieu est déjà partie, laissant 9 600 hommes sous les ordres du général Sebottendorf pour couvrir le pont de Lodi. Les canons autrichiens dominent la travée de 250 mètres. Beaumont et 1600 cavaliers remontent le courant pour traverser l'Adda à gué et les déborder. Bonaparte lance les grenadiers et les carabiniers sur la chaussée. Face à une tempête de canons autrichiens, la colonne échoue encore et encore. Finalement, dans la fumée dense, ils prennent les Autrichiens par surprise. Les défenseurs reculent, tandis que Cervoni et Joubert suivent Dallemagne sur le pont. Sebottendorf se replie en bon ordre vers Beaulieu, laissant derrière lui 150 tués, 1700 prisonniers et seize canons. Les Français en perdent 400.

Castiglione

La relève de Mantoue par Wurmser, le 5 août 1796.

Le maréchal autrichien Dagobert von Wurmser marche avec le premier des 25 000 renforts de vétérans à travers les Alpes par le col du Brenner, atteignant Trente sur l'Adige le 30 juin. Il prépare une nouvelle offensive pour effacer tout ce que Bonaparte a accompli en quatre mois de campagne. Pour faire face à cette menace, Bonaparte reçoit quelques milliers de renforts qui lui permettent de tenir la vallée du Pô, ancrés sur les forteresses du "Quadrilatère" de Peschiera, Vérone et Legnano. Une garnison autrichienne tient la dernière forteresse de Mantoue, qui souffre d'un long siège. La libération de Mantoue sera l'objectif principal des opérations de Wurmser.

Mantoue

Reine du Quadrilatère, 1796-97.

Les Français investissent la forteresse de Mantoue au début du mois de juin. En août, les Français sont contraints d'abandonner le siège et Mantoue est libérée. Wurmser réapprovisionne et renforce la forteresse, puis se retire à travers les montagnes jusqu'à Bassano via la vallée de la Brenta. De là, il organisera la deuxième relève de Mantoue par le nord-est. Après sa victoire à Bassano, début septembre, Bonaparte chasse le gros de l'armée autrichienne dans Mantoue. La garnison compte désormais 30 000 hommes. Un nouveau commandant, József Alvinczi, a mené la troisième tentative en novembre, marchant sur Mantoue depuis le nord-est, avec la colonne de Davidovich descendant du nord. Alvinczi a battu Bonaparte deux fois et s'est tenu aux portes de Vérone. Davidovich bat son adversaire français dans la vallée de l'Adige, mais Bonaparte traverse l'Adige derrière Alvinczi à la ville d'Arcole.

Arcole

Traversée de l'Adige, 15-17 novembre 1796.

À l'aube du 15, les Français ont un ponton relié à la chaussée qui traverse les marais le long de la rive nord de l'Adige. Augereau est le premier à traverser, tandis que Massena bouscule l'avant-garde de 3 000 hommes de Provera, capturant le village de Porcile. Alors qu'Augereau s'approche du pont d'Arcole, la garde de flanc autrichienne les coince depuis la digue sur la rive gauche de l'Alpone. En menant les hommes d'Augereau en avant, Bonaparte tomba dans un canal, et dut être traîné en sécurité. Les 3 000 vaillants soldats de Guieu s'emparent de la ville d'Arcole à sept heures du soir, pour l'abandonner plus tard. Alvinczy réagit en renforçant le commandement de Provera contre Porcile et place Hohenzollern avec 10 000 hommes sur sa droite, tout en consolidant ses 24 000 hommes restants à Villanuova et San Bonifacio. La pression sur Vérone est ainsi relâchée pour le moment.

Rivoli

Bataille des gorges de l'Osteria, 14-15 janvier 1797.

Pour la dernière tentative de secours, Alvinczi a avancé son armée principale par le nord tout en envoyant deux colonnes plus petites pour menacer les Français par le nord-est. La deuxième avance d'Alvinczi fut stoppée dans les contreforts, loin de la garnison de Mantoue qui dépérissait. Le général français Joubert avance pour repousser trois colonnes autrichiennes totalisant environ 12 000 hommes. La colonne de Lusignan apparaît soudainement le long de la crête au sud de Rivoli, coupant les renforts français. La 18e demi-brigade est chargée de rouvrir la route. Pendant ce temps, dans la gorge de l'Osteria, les grenadiers autrichiens menacent de percer les forces épuisées de Joubert. Bonaparte se précipite sur le bord nord du plateau pour faire face aux colonnes regroupées de Koblos et Liptay, divisant l'armée autrichienne en deux parties, puis tourne son attention contre les colonnes de flanc. Les Français de Rey qui arrivent et la brigade de réserve de Massena capturent la division de Lusignan entre eux, faisant 3 000 prisonniers. Laissant deux divisions pour achever Alvinczi, Bonaparte s'approche rapidement de Mantoue à temps pour détruire la dernière colonne autrichienne avant d'avancer dans les Alpes, vers Vienne. Wurmser rendit la forteresse au début du mois de février.